+

Pudding de chia à la fraise

Un pudding vitaminé et coloré !

3 cuil. à soupe de graines de chia noires
Une barquette de fraise de 250 g
2 cuil. à café de sirop d’érable
2 cuil. à soupe d’eau
1 cuil. à café d’arôme de vanille

Mixez les fraises avec l’eau, le sirop d’érable, l’arôme. Versez cette purée dans un bol à fond plat (cela donnera une consistance plus épaisse à votre pudding).

Ajoutez les graines de chia et remuez énergiquement pour que les graines enrobent correctement la pulpe de fruit.

Laissez prendre une nuit au frais. servez le lendemain matin avec des fruits frais ou séchés, un peu de yaourt (végétal ou non) et une bonne cuillère à café de purée d’amande…

+

3 concepts à oublier pour une vie plus harmonieuse

S

SUCCÈS Etes-vous capable de définir le succès ? Une telle notion me semble bien trop galvaudée pour être encore sensée. Entre Les sept lois spirituelles du succès de Deepak Chopra, L’Alchimie du Succès de benoît Saint Girons, Le Succès selon Jack de Jack Canfield, La vérité derrière le succès de Bill Marchesin, Les lois du succès de Napoléon Hill et j’en passe, comment s’y retrouver ? Eh bien précisément, on ne s’y retrouve pas.

À cette notion qu’on connaît tous sans être réellement en mesure d’en définir ou d’en cerner les contours, je préfère la notion de santé. Parce que rien n’est plus précieux qu’un corps sain. Parce que sans lui nous ne sommes rien, et qu’avec lui, nous sommes tout. Sans la santé, tous nos rêves tombent à l’eau. Avec lui, tous nos rêves deviennent, comme par magie, réalisables. E

ECHEC Je ne crois pas à l’échec. Je n’échoue donc jamais. J’apprends, je rebondis, je m’adapte. Mais je n’échoue jamais. Parce que la vie n’est pas une question de gains ou de défaite. La vie est une question d’apprentissage. La vie est une aventure. Au passage, je vous recommande la lecture d’un livre intitulé pareillement Une vie d’aventure, un recueil de nouvelles, de récits de véritables d’aventures, dans la jungle, en Italie, dans le désert, en Afrique…  

Alors j’oublie, que dis-je, j’efface l’idée d’échec, et lui préfère la péripétie. C’est plus drôle, et c’est plus juste. On s’amuse plus, on rebondit mieux, et on pleure moins. On fait aussi plus de belles rencontres, et moins d’ennemis.

DÉVELOPPEMENT PERSONNEL Etant moi-même auteure classée « développement personnel », je me permets de rejeter cette notion. Ou plutôt, de la préciser. Le développement personnel semble être une bien curieuse expression, dans la mesure où on ne se « développe » pas, du moins, pas comme une photographie. On grandit, on apprend, on évolue. Tiens, voilà le mot que je cherchais : évolution. D’ailleurs, si j’étais dictatrice, j’obligerais chaque éditeur à transformer les étiquettes « développement personnelle » en « évolution personnelle ». Parce que l’histoire de l’humanité est avant tout une question d’évolution et non de développement, et qu’il en est de même à l’échelle d’un individu !

+

L’endométriose comme un conte de fées

Voici l’article rédigé pour le magazine en ligne FémininBio, article dédié à l’endométriose. Cette maladie affecte 10% des femmes, soit 8 millions de femmes en France, 180 millions dans le monde.

https://www.femininbio.com/sante-bien-etre/conseils-astuces/elle-temoigne-endometriose-a-travers-texte-poetique-95148

+

Golden Latte

Une boisson millénaire aux vertus anti-inflammatoires

Cette boisson millénaire se consomme aussi bien au lever du jour pour un gain d’énergie certain qu’à la tombée de la nuit pour un sommeil réparateur.

200 mL de lait végétal (riz, avoine, amande, coco)
100 mL d’eau
3 bonnes pincées de cannelle
2 bonnes pincées de curcuma
1 pincée de gingembre
1 bonne pincée de muscade

Dans une petite casserole, faites doucement chauffer le lait et l’eau. Le mélange ne doit pas bouillir. Ajoutez les épices et remuez énergiquement. Servez dans une jolie tasse, avec une cuillère à café (ou non) de miel.

+

Quelle différence entre mes deux livres dédiés à l’endométriose ?

Comment s’épanouir malgré une endométriose (éd. Josette Lyon, jan. 2018) et Comment guérir de l’endométriose (éd. Josette Lyon, jan. 2019) semblent proche, très proche. Pourtant, ce ne sont ni le même désir ni la même visée qui leur ont donné vie.

Les conditions d’écriture.

« Comment s’épanouir malgré une endométriose » s’est écrit sur une période calme et chaude, en l’occurrence les grandes vacances. Ce travail, extrêmement intense – à raison de 5 heures d’écriture quotidiennes – fut achevé en un mois seulement. Les mots devaient sortir. Les mots coulaient à flot. Je n’avais qu’à écouter pour retranscrire. Le projet n’eut pas même besoin de minutieuses vérifications. En vérité, j’ai écrit ce texte d’un jet, les paragraphes s’enchaînant avec tant d’aisance !

Mais pour « Comment guérir de l’endométriose », ce fut une tout autre histoire. Une histoire bien plus longue, un travail bien différent. Il me fallut sept mois pour lui donner vie. Sept mois de doutes, de déceptions, mais aussi de joie et de révélations. Car je n’ai pas travaillé dans un environnement calme et chaud, bien au contraire. Les mots suffisent à traduire ce labeur : notez la ponctuation abondante, les virgules et tirets qui s’entrechoquent. 2018 a été l’année la plus difficile qu’il m’ait été donné de vivre, aussi bien physiologiquement que mentalement. Je me suis battue chaque jour pour garder un équilibre entre santé et travail. Un équilibre à prix d’or. Dont je me remets aujourd’hui encore.

Le titre

S’épanouir vs guérir. Le 1er tome est entièrement centré sur la gestion de l’endométriose. Le second va plus loin. Il explore d’autres dimensions, comme le mode de vie, l’alimentation (quatre chapitres sur le sujet), nos pensées, nos croyances…

Le contenu

« Comment s’épanouir malgré une endométriose » est un guide pratique. Le témoignage n’y tient pas une grande place, les conseils, si. Il était l’expression de ce que j’avais appris au cours des années précédentes, des méthodes naturelles de gestion de la douleur et des astuces concrètes. Ce projet est cher à mes yeux, il est selon moi une très bonne base pour commencer son chemin et offrir une direction.

« Comment guérir de l’endométriose » est, vous vous en doutez, d’une autre trempe. Ce projet est dur, j’en conviens. Mais il est réel. Aussi réel que vous et moi sommes humains. Alors oui, j’y tiens, comme un journal, le récit quotidien d’une femme atteinte d’endométriose. Et ce n’est pas toujours très drôle. Ce témoignage, pour ne pas dire cette mise à nue absolue (qui représente un tiers du projet) a trois vocations distinctes :

  • vous montrez que personne n’est parfait, mais qu’il y a toujours des moyens pour s’en sortir
  • vous dire que vous n’êtes pas seule, que chacune de nous fait au mieux, à sa mesure
  • lever le voile, pour ceux qui n’en souffrent pas, sur ce que signifie réellement vivre au quotidien avec une maladie chronique comme l’endométriose.

Ensuite viennent les conseils. Ce projet est bien le deuxième tome, la suite de Comment s’épanouir malgré une endométriose, il le prolonge et le complète directement. Des idées pratiques pour mieux dormir, retrouver de l’énergie, se nourrir, quelles personnes consulter, pleins de bonnes choses pour faire un pas de côté !

Et puis, il y a les deux dernières parties, les plus belles, les plus lumineuses : ces mots qui permettent de s’affranchir de l’endométriose. De s’en remettre, durablement.

En toute honnêteté ? J’en ai ras-le-bol, de la gestion de la maladie. Moi, ce que je veux, c’est m’en affranchir. M’en libérer. M’en défaire. Lui dire adieu. Et merci.

C’est donc ce message que vous trouverez dans ces deux dernières parties, et plus encore, lors des interviews qui suivront. J’ai tant changé depuis l’écriture de ce livre, depuis fin juillet. Les choses ont tant bougé. Je ne suis plus la même personne, j’ai avancé, et je veux vous emmener à mes côtés. Alors j’ai hâte de vous retrouver, vous et votre histoire. Vous, et vos espoirs. Vos déboires aussi. Vous, fille ou femme peu importe, imparfaite et entière.

Car rappelez-vous : nous sommes toutes dans la même galère !

Bien à vous,

Julie

Femme, et fière de l’être

Souffle, et ne me contrains pas

+

Guérir de l’endométriose

Voici un récit-article rédigé pour le magazine Open Mind N°6, dédié à l’endométriose, une maladie chronique et gynécologique affectant 10% des femmes.