Une vie sans péripéties, ça n’est pas une vie. Alors, comme dans toute histoire qui se respecte, c’est en 2016, à l’âge de 16 ans, qu’on décèle chez Julie une endométriose. L’endométriose est une maladie exclusivement féminine, gynécologique, qui affecte 10 % des femmes et reste trop souvent handicapante. Après six mois de bonne déprime suite à un diagnostic lourd (« difficultés à tomber enceinte », « douleurs gynécologiques 7 jours sur 7 de la puberté jusqu’à la ménopause » et « l’endométriose est une maladie incurable »), Julie décide de se prendre en main. L’écriture, les rituels bien-être, les médecines alternatives lui viennent en aide lorsqu’elle en avait le plus besoin. Alors elle remonte la pente.

De cette drôle d’aventure, elle tire un livre – guide pratique – publié en 2018 sous le nom de Comment s’épanouir malgré une endométriose (éd. Josette Lyon). Un an plus tard, une bonne dizaine de combats à son actif, elle reprend la plume. Naît un deuxième tome dédié à l’endométriose Comment guérir de l’endométriose (éd. Josette Lyon), dans lequel elle offre des clés pour s’affranchir de la maladie (et non plus seulement la gérer). Elle a également créé la page facebook Endosemble, afin d’y partager ses conseils.

Depuis ce jour, Julie ne se sépare plus ni de son clavier ni de ses carnets.

Ah, j’oubliais… Comment la reconnaître ?

C’est extrêmement simple.

Si, dans une pièce aussi spacieuse que lumineuse, vous apercevez une jeune femme d’un mètre soixante qui tape à l’ordinateur sur un joli bureau de bois clair, une pile d’au moins trois carnets posée à ses côtés, vous pouvez être sûr que vous avez sonné à la bonne porte.

Et, lorsqu’elle vous ouvrira, ne vous étonnez pas qu’elle parle trop vite : les mots n’attendent pas et les auteurs savent bien cela.

%d blogueurs aiment cette page :