J’ai découvert le monde de la nutrition par hasard. Je rentrais d’un voyage en Thaïlande bien moins plaisant qu’il aurait dû être. La raison ? Un ulcère à l’estomac qui m’empêchait d’avaler quoi que ce soit.

Je consultai un naturopathe sur les conseils d’une amie, bouleversai entièrement ma façon de me nourrir et découvrais une forte intolérance au lactose (cause de l’ulcère). En trois jours à peine de nouveau régime, je pouvais à nouveau m’alimenter. Pourtant, j’oubliai peu à peu ce monde-là et continuai mon chemin.

C’est en 2016 que ce chemin cessa d’être purement « nutritionnel » pour devenir un véritable travail du corps.

Car lors de cette consultation de naturopathie, nous avions manqué une information de premier ordre : je souffrais depuis plusieurs années déjà de dénutrition et d’un grave problème d’absorption des nutriments (des protéines en particulier) dues à un sacré déséquilibre de la flore intestinale. À cela s’ajoutait les douleurs permanentes de l’endométriose. Mon corps est alors devenu un champ de bataille et je perdais progressivement confiance en mes capacités. Toutes mes capacités. Je luttai contre la douleur, je luttai pour tenir le coup, je luttai pour ne plus subir mon corps. En un mot, lui et moi n’étions pas en très bons termes.

La magie opère.

Pourtant, sans vraiment savoir comment (peut-être par la magie de l’écriture et de splendides rencontres), j’ai commencé à avoir une intuition : et si je changeais ma façon de vivre mon corps ? Et si j’arrêtais de me battre contre lui ? Et si mon corps faisait en réalité tout ce qu’il pouvait pour m’offrir les meilleures conditions possibles ? Toutes ces idées ont pris de l’ampleur, elles ont fait leur chemin pour que la magie opère. Et savez pourquoi cela a fonctionné ? Parce que je leur ai ouvert la porte, à ces intuitions. Alors j’ai entamé un travail à différents niveaux et commencé à écouter mon coeur. J’ai posé (sans enthousiasme) les pieds dans un cours de yoga – auquel j’ai résisté pendant des années jugeant cela « mou » et « lent » – j’ai découvert mon manque absolu de souplesse, noirci des pages et des pages de journaux intimes, écrit deux livres. Jusqu’à aujourd’hui. Mon corps et toutes les petites cellules qui le composent sont mes alliés. Mes fidèles compagnons.


Sur ce chemin, j’ai donc appris à cesser de chercher à accepter mon corps. J’ai cessé de chercher à l’aimer. En tant que coach en Nutrition Intégrative, je ne crois pas à l’amour du corps. Je ne crois pas que nous ayons besoin de l’aimer pour que la magie opère, je ne crois pas que nous ayons besoin de l’accepter pour vivre avec joie.

Tout est beaucoup plus simple : je lui fais confiance. Je me fais confiance.

Il s’agit d’ailleurs presque d’une séparation des pouvoirs : l’esprit a sa place, notre corps a sa place, le coeur a toute sa place, et cet alliage me plaît, c’est mon ancrage. Et ma philosophie.


Aujourd’hui, j’ai la chance de travailler avec des femmes actives qui ont souvent mille projets et toujours le culot de les réaliser. En tant que coach, auteure et journaliste pigiste, la notion d’ancrage me semble essentielle. Sans cela, il est fréquent de sombrer dans le surmenage et l’anxiété, qui étaient certaines de mes tendances. C’est donc un honneur pour moi d’accompagner ces femmes dans la construction d’une joyeuse relation avec leur corps, leur équilibre, et leur intuition. Dans la construction d’un chemin de vie qui leur correspond, à elles et à personne d’autre. 

Contact :

  • Avez-vous consulté le blog ?
  • Cherchez-vous un soutien en coaching ? C’est ici
  • Souhaitez-vous me contacter ? C’est ici : jstc.studio@gmail.com

Avec tout mon amour et un clin d’oeil malicieux,
Julie

%d blogueurs aiment cette page :