Ces derniers temps, nous avons tous dû faire face au changement, avec le passage d’une saison à l’autre. Nous y faisons tous face, plus ou moins consciemment, avec les lunes nouvelles et les lunes pleines.

En réalité, nous vivons au coeur du changement, y compris d’un point de vue physiologique : en sept petites années, l’ensemble des cellules de notre corps (excepté celles qui constituent le cerveau) se sont renouvelées. Biologiquement parlant, nous ne sommes plus la même personne.

Cela dit, tout bouleversement nous affecte avec plus ou moins d’intensité selon les tempéraments. Dans mon cas, le changement ne m’intimide pas trop. Si je crains peu de faire bouger les choses, de remanier certaines idées, cela ne signifie pas pour autant que je le vis en toute sérénité ! Il m’arrive, lorsque les choses évoluent à pleine vitesse, de perdre mon ancrage et vivre, par conséquent, un peu trop dans ma tête. Heureusement, je connais cette tendance et cela me permet de remettre les pieds sur terre assez rapidement. Or récemment, j’ai été confrontée à un bouleversement de grande envergure. Il s’agit de ces évolutions qui se font par notre corps et non par notre esprit. Celles-là même qui s’ancrent en nous pour de bon, celles-là même qui restent, qui nous marquent et nous façonnent…

Cette fois, j’ai dû faire face à ma façon de… faire. En l’espace de 2 semaines, j’ai su que je venais de passer du mode « faire faire faire » fondé sur la peur au mode « faire » fondé sur le coeur. Brouiller les référents. Et c’est inquiétant, un tel bouleversement.


Je me suis d’abord surprise à apprécier les grasses-matinées. Je me suis étonnée de réduire de moitié mes to-do lists, et de les compléter comme jamais. J’ai découvert que je pouvais allouer, de cette façon, bien plus d’espace et d’énergie à mon travail. J’ai aussi construit de nouvelles playlists, plus slow, plus soft. J’ai cherché à inclure plus de couleurs dans mes vêtements, et j’ai fait le vide pour trouver ceux qui m’apportent véritablement de la joie, de la confiance et de la sérénité. J’ai arrêté de me poser dix mille questions et je me suis inscrite à ce cours de yoga du vendredi soir à 20:00. Et puis, je me suis surprise à apprécier le travail accompli en fin de journée, sans m’inquiéter de ce qui aurait dû être coché ou de ce qui devra l’être le lendemain. Aussi, j’ai cherché à écrire des lettres à mes amis plutôt que d’envoyer systématiquement des messages. Oui, les choses ont sacrément changé, et oui, il y a eu des remous, des périodes de doute et de stress en conséquence.

Des remous ? Au début de cette transition qui s’est faite, finalement, en un instant, j’ai eu le sentiment de perdre pied. C’était d’ailleurs bien ce qu’il se passait. J’entrais en terre inconnue, sans aucune autre forme d’indication. Certains soirs, j’ai mangé plus d’aliments lourds et cocooning que d’ordinaire, plus de gras aussi, et cela parce que j’ignorais comment gérer tout cela. Ces aliments ont la propriété de vous endormir, mais cela n’aide en rien. Après trois jours à ce rythme, j’ai laissé tomber parce que cela ne m’apportait que de désagréables sensations de lourdeur. Alors j’ai compris qu’il n’y a que deux façons complémentaires pour mieux vivre le changement : faire face et faire face.

Le changement ne se pense pas, il se vit.
Et il se traverse.
Un peu comme ça :

Photographie : Taylor Simpson, via Unsplash


Et pour cela, j’ai développé quelques ressources d’une aide précieuse. Ces ressources ont pour vocation de nous aider à rester ancré, y compris lorsque tout autour de nous semble s’effondrer ou se remodeler. Voici 4 idées que je me remémore à chaque fois que je vis une période de changement.

Le chocolat noir (> 75 %) est notre meilleur ami


Pendant ces deux semaines, j’ai préparé des chocolats chauds, des mousses au chocolat, croqué des carrés et des carrés. Le chocolat noir est bon pour le moral, excellent pour nos hormones et confère un vrai sentiment de satieté, alors pourquoi s’en priver ?


Ma mousse au chocolat : 50 g de chocolat 70 % + 50 g de chocolat 90 % + 3 oeufs (blanc et jaune séparés). Dans un bol large, montez les blancs en neige avec une pincée de sel. Faites fondre le chocolat au bain marie ou au micro-onde avec une goutte d’eau. Dans un autre bol, battez uniformément les jaunes. Ajoutez-y le chocolat fondu en mélangeant énergiquement pour que les oeufs ne cuisent pas. Ajoutez ensuite deux cuillères à soupe de blanc et remuez jusqu’à obtenir un mélange lisse. Ajoutez progressivement le reste des blancs en veillant à ne pas les casser, pour une mousse légère. Placez le tout au frais au moins deux heures avant dégustation !

Un sport deux fois par semaine : yoga, pilates, footing


Il est essentiel de pratiquer un sport au moins deux fois par semaine, doux de préférence. Pour moi, il s’agit du yoga, et de mes 10 000 pas par jour ! Dans les périodes tumultueuses comme celles-ci, je me réfère toujours à la séance de yoga en ligne suivante (si je n’ai pas la possibilité de me rendre au studio) : Yoga with Adrienne : Yoga for change and drain

Repenser ses to-do lists


Sur le plan mental, revoir mes to-do lists pour les réduire de moitié m’a beaucoup apporté. J’ai notamment appliqué la règle suivante : je note chaque jour mes 3 priorités, et les autres « cases à cocher » sont des bonus. Cette petite méthode permet de se sentir plus satisfait de sa journée, et d’être plus efficace dans ses choix. Je me suis aussi fixée des limites de travail précises, avec de vraies heures de début et de fin que j’ai tenues. J’ai aussi été stricte sur un point : interdiction de travailler le weekend. C’est une chose qui n’est pas évidente à réaliser, mais qui fait toute la différence pour notre état d’esprit, notre créativité et pour notre niveau d’énergie.

Se mettre au vert


Je me suis tournée vers la nature, en essayant de profiter de tous les rayons de soleil qui passaient dans le ciel. J’ai veillé à me balader au parc pour réaliser mes 10 000 pas, et à ne pas emporter mon téléphone.


Voilà comment je traverse les périodes de remous, voilà comment je fais face au changement. Et vous, comment faites-vous ?


Photographie de couverture : Aral Tasher, via Unsplash

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :