Mathilde, l’autre jour, tu m’as demandé si je savais déverrouiller à ma guise les portes de l’auto-compassion. Je n’avais pas su répondre, je n’avais pas les mots.

Aujourd’hui pourtant, je les ai.
Les voici.

Tourne-toi vers les romans


Ce soir-là, tu m’avais confié chercher des clés dans les livres. Les romans nous apportent tant ! Les histoires, les histoires prennent vie et quelque chose des personnages demeurent à nos côtés lorsque nous en avons le plus besoin. Dans ces livres que j’aimerais tant te conseiller, il est une biographie. Celle d’une jeune fille un peu perdue, sacrément secouée par la vie, ballotée, celle d’une jeune fille qui trouve son ancrage par le yoga. Elle s’appelle Rachel Brathen, on la surnomme Yoga Girl. Ce livre est l’un des récits qui m’ait le plus marqué, de par son honnêteté, sa sincérité. Ce livre sonne juste. Trop juste presque, pour que ce soit vrai, pour qu’il porte en lui de quoi déverrouiller le coeur que tu as pour toi-même, et pourtant, il le fait.

Quelle enfant étais-tu, Mathilde ?


Je t’en prie, fouille les boîtes à chaussure, retourne les souvenirs, et déniche-moi une ou deux photos de toi, enfant. Vois-tu ces yeux plein de malice ? Vois-tu ces yeux innocents, ces yeux qui regardent, observent, détaillent, ces yeux qui veulent savoir, et posent les questions ? Cette enfant est toujours là, quelque part. C’est elle qui t’offre de créer comme tu le fais, c’est elle qui nourrit tes mille projets, c’est elle qui n’abandonne jamais. Mais cette enfant, lorsque tu la contemples toi aussi, qu’éprouves-tu ? Je te le demande : qu’éprouves-tu ? Et dis-moi maintenant. Dis-moi maintenant si tu es capable d’exprimer envers toi-même et tes années supplémentaires la même compassion, la même tendresse, le même amour. Cela est possible, tu sais. Essaie, essaie doucement.

Te rappelles-tu un épisode de… gastro ? Otite ? Rhume ? Appendicite ? Colique ?


Dans ces moments où tu n’étais pas présentable, où tu vivais avec tes paquets de mouchoirs, trainais en pyjama et oubliais de prendre une douche, étais-tu si dure avec toi-même ? Exigeais-tu la lune ? Cette fois, je t’interroge : aujourd’hui, alors qu’aucun virus n’a élu domicile dans ton corps, es-tu en essence une personne différente de celle qui a le nez qui coule ? Alors, pourquoi t’imposer un tel traitement ? La Mathilde enrhumée et la Mathilde de tous les jours restent des Mathilde dignes de compassion et d’attention. Car quoi qu’il arrive, le goût de l’effort, le sens du progrès coulent dans tes veines. Ils forment ton ADN. Placer la barre un peu moins haut alors, ce n’est pas t’inciter à faire moins bien, mais à faire plus sereinement. Donne-toi une chance, offre toi deux ou trois semaines pour placer cette barre un cran au dessous, et vois.

Aime-toi comme tu aimes ton chat


Juges-tu ton chat sur la qualité de sa toilette, le nombre de souris qu’il attrape, la hauteur de ses sauts et le nombre de rideaux qu’il déchiquète ? Le soir, lui fais-tu des reproches parce qu’il aurait pu être un meilleure fauve, un meilleur chasseur au cours de la journée ? Probable que non. Ton chat, tu l’aimes comme il est, avec ses cicatrices de guerre, avec son poil d’été et son poil d’hiver, avec ses coups de patte et ses miaulements à trois heures du matin pour filer dans la nuit. Tu l’aimes. Prends modèle. Et traite-toi, traite-toi comme tu traites ton chat.

Retrouve ton tapis


Lorsque tu doutes, lorsque tu te traites de tous les noms, de bachibouzouk à moule à gaufre, va, et marche vers ton tapis de yoga. C’est au tapis que tu sauras ce qu’il en est vraiment. C’est au tapis que tu sauras si tu mérites un tel traitement. Le yoga est une pratique de l’exigence, une pratique qui t’invite à embrasser ton corps, alors ne te juge jamais avant d’arriver en savasanah. Et lorsque tu seras allongée, le souffle long, les muscles étirés, après une bonne demie-heure de pratique, là, autorise-toi à regarder ton esprit, qui ne juge plus. Cela te surprendra.

Puissent ces petits conseils, Mathilde, t’apporter ce que tu cherches.


Photographie : Jana Sabeth, via Unsplash

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :