Les insomnies m’ont collé à la peau pendant près de 10 ans. Elles me privaient de détente, de concentration, de mémoire. Malgré cela, en bon petit soldat, je tenais le rythme : j’écrivais, je me formais, je travaillais, je publiais deux livres. Mais elles étaient toujours là, en arrière plan.

Aujourd’hui, j’ai la chance de ne plus en souffrir. Bien entendu, il m’arrive d’avoir d’immenses difficultés à dormir si je travaille sur un gros projet ou si des idées me harcèlent pour figurer sur le papier, mais ces choses n’ont pas la même saveur amère que ces nuits d’insomnies. Et je suis bien heureuses qu’elles fassent partie du passé… Cela, je l’ai réussi grâce à 4 facteurs que j’aimerais partager et détailler ici : l’acceptation, les huiles essentielles, une meilleure gestion de mon énergie et une nutrition adaptée.

L’acceptation


La raison principale pour laquelle je ne pouvais dormir était presque trop simple pour être vraie : je luttais – inconsciemment – contre le sommeil. Autrement dit, je considérais le sommeil comme une perte de temps ou, tout aussi négativement, comme une façon de « recharger mes batteries » pour mieux les vider le lendemain. Cela, je l’ai saisi grâce aux travaux d’un médecin du sommeil. Il évoquait, au niveau de la societé tout entière, une addiction à l’énergie et sous toutes ses formes : énergies sur le plan de l’environnement, énergie dans nos façons de grignoter constamment, énergie dans la stimulation des écrans… j’étais sûrement en surchauffe, comme la majorité d’entre nous, avant d’entamer un travail en sens inverse. J’ai commencé à lâcher prise sur de « petites choses » pour apprivoiser et cesser de craindre de lâcher prise sur des points plus importants. Le lâcher prise est tellement terrifiant, je le vois tous les jours avec mes clientes ! Parce que lâcher prise, c’est aussi accepter de ne pas savoir, de ne pas tout savoir de :

  1. la façon dont nous allons obtenir nos résultats
  2. la réalisation même de ces résultats, qui peuvent advenir, ou non

Car il arrive très fréquemment que nos rêves ne se réalisent pas, jusqu’au jour où nous avons lâché suffisamment de leste pour entendre que ce rêve-là ne devait pas se réaliser. Et lorsqu’il s’agit de sommeil, j’ai dû apprendre à faire confiance. Faire confiance à mon corps pour lui offrir de trouver son  rythme propre; faire confiance à mon esprit pour qu’il entame cette prise de recul avec bienveillance. Curieusement, c’est à partir du moment où j’ai saisi que j’étais moi même l’obstacle du chemin que j’ai retrouvé le sommeil.

Les huiles essentielles


J’utilise ces petites huiles avec très grande parcimonie dans ma pratique professionnelle. Je préfère bien connaître les bienfaits et contre-indications de deux huiles plutôt que d’exposer quiconque à un risque en en maniant un plus grand nombre. J’ai eu la chance de découvrir le monde des huiles lors d’un atelier parisien organisé par l’association de yoga Yogamania. Là, nous avions expérimenté la puissance de la menthe poivrée (l’une de mes préférées), détaillé les différents usages et diverses formes d’application de ces gouttes magiques, touché au processus de distillation. Depuis, j’ai recours à certaines synergies, certaines associations d’huiles pour favoriser la venue et qualité du sommeil ainsi que la suppression des ronflements de monsieur. J’en mets deux gouttes sur l’oreiller, une à droite, une à gauche, et le tour est joué.

Photographie : Julie Saint-Clair

Une meilleure gestion de l’énergie


De nature vata (ayurvéda), j’éprouve un fort besoin de bouger. Si vous me laissez seule dans un lieu propice (et ce même avec un projet professionnel sur les bras), vous me verrez nécessairement au réveil sur mon tapis de yoga en chien tête en bas ou en train de ma balader dans la rue, vous me croiserez pour ma marche du midi, vous assisterez à mon entraînement sportif en fin d’après-midi. De fait, ce mouvement me permet d’atteindre un niveau similaire de fatigue entre l’esprit et le corps, de façon à ce que j’éprouve le besoin de dormir sur les deux plans (mental et physique) et qu’aucun des deux n’empêche la venue du sommeil. Si cette idée vous inspire, je vous conseille de chercher le rythme qui vous convient. Certaines de mes clientes, pour créer cela, ont besoin de faire leur séance cardio la matin à jeun, d’autres ne peuvent plus se passer de leurs courtes balades (20 min) su soir avant d’aller dormir… Et il n’y a aucun raccourci, il faut expérimenter pour savoir ce qui fait du bien.

Une nutrition adaptée


Il s’agit d’un segment très personnel que j’ai développé avec le temps. Si vous avez lu mon entrée en manière dans le monde de la nutrition, vous n’ignorez pas que ma flore intestinale tend à me causer quelques soucis, et que le sucre n’est pas mon ami. Comme tout un chacun, j’ai connaissance de ces principes, de ce que je dois éviter pour être au mieux de ma forme. Et comme tout un chacun, il m’arrive de ne pas les écouter. De faire un trop grand nombre d’écarts qui, simultanément, me privent de toute énergie et me laissent sans repos. Ce sont des facteurs très personnels que j’évoque, comme le fait de boire du thé vert ou de grignoter trop de graines qui perturbent ma digestion. Aussi, il est essentiel d’améliorer l’écoute de notre corps à la suite des repas afin de détecter ces fauteurs de troubles potentiels. Je préfère d’ailleurs cette approche douce à celle d’élimination radicale et définitive des allergènes, du moins si la situation n’est pas critique. En effet, ayant mis au jours ces aliments anti-sommeil, je remarque que je dors plus profondément, avec des réveils moins fréquents et un sommeil plus réparateur.

J’espère donc que ce billet vous a apporté quelques idées pour dépasser l’insomnie, et n’hésitez pas à le partager si vous connaissez des personnes qui en subissent les conséquences !

Photographie de couverture : Nine Köpfer, via Unsplash

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :